FRANÇAIS

Le renard et sa Dame Commère

日本語

狼と名付けをたのんだ奥さま


La louve donna naissance à un petit et invita le renard à être son parrain. « C'est tout de même notre parent proche, il est plein de bon sens et d'adresse: il pourra instruire mon petit garçon et l'aider à se débrouiller dans le monde. » En effet, le renard se présenta d'une façon tout à fait respectable et dit: « Bien chère Dame Commère, je vous remercie pour l'honneur que vous me faites, et, quant à moi, je veillerai à me comporter d'une façon qui vous réjouira. » Pendant la fête, il mangea de bon appétit et s'amusa beaucoup, puis il dit: « Bien chère Dame Commère, c'est notre devoir de subvenir aux besoins du petit. Il vous faut de la bonne nourriture pour qu'il prenne des forces. Je connais une bergerie où nous pouvons sans difficulté aller chercher un bon morceau. » Cette petite chansonnette plut à la louve et elle suivit le renard jusqu'à la ferme. Il lui montra la bergerie de loin et lui dit: « Là- bas, vous pourrez entrer sans qu'on vous voie. Pendant ce temps-là, je vais aller voir de l'autre côté si je ne trouve pas une petite poule à attraper. » Mais au lieu d'y aller, il s'installa à l'orée de la forêt, étendit ses pattes et se reposa. La louve se glissa dans la bergerie, mais il y avait là un chien qui se mit à faire du bruit, si bien que les paysans arrivèrent et, prenant la Dame Commère sur le fait accompli, ils lui assenèrent une volée. Elle réussit finalement tout de même à s'échapper et à se traîner à l'extérieur; le renard était là, il prit un air pitoyable et dit: « Ah, Dame Commère, quel triste sort j'ai connu! Les paysans m'ont attaqué et m'ont brisé tous les membres. Si vous ne voulez pas que je rende l'âme ici même, vous allez devoir me porter. » La louve elle-même ne pouvait avancer que lentement, mais elle se faisait beaucoup de souci pour le renard, si bien qu'elle le prit sur son dos et qu'elle porta lentement, jusque chez elle, le parrain qui était en parfaite santé. Il lui cria alors: « Adieu, Dame Commère, que ce rôti vous profite! » Il la railla bruyamment, puis il se sauva.
狼が子どもを産んで狐を名付け親に頼みました。「何と言っても、近い親戚なのよ。」と狼は言いました。「頭がいいし、才能も豊かだわ。うちの息子を教えて世間に出ていく助けをしてくれるわ。」狐もすっかり真面目くさった様子で、「奥様、私にお授けくださった名誉に感謝いたします。この名誉に報いるよう努めさせていただきます。」と言いました。

狐はお祝いの席でご馳走を食べ、陽気にして、そのあとで、「奥様、子どもの世話をするのは私たちの義務です。強い体にするには良い食べ物を食べさせなくてはいけません。すばらしい御馳走をとれる羊小屋を知っていますよ。」と言いました。狼はその考えが気に入って、狐と一緒に農家の庭に出かけて行きました。狐は遠くから小屋を指差し、「あそこから見られないで忍びこめます。その間私はニワトリをとれるか向こう側を見てきます。」と言いました。ところが狐はそこに行かないで森の入口に座り脚を伸ばして休んでいました。

狼は羊小屋に忍び込みました。そこに犬がいてさんざん吠えたのでお百姓が走って出てきて、狼をつかまえ、衣類などを洗うために用意してあった強力な揮発油を狼の毛皮にふりかけ、火をつけました。狼はほうほうのていで逃げて足を引きずりながら外にでました。そこに狐がいて、文句たらたらのふりをして言いました。「ああ、奥様、なんともひどい目にあいました。お百姓たちが私に襲いかかって、手足がみんな折れてしまいました。ここにいて死んで欲しくないと思ってくださるなら、背負ってくれませんか」狼は自分でもゆっくりしか歩けませんでしたが、狐のことが心配だったので、狐を背負い、のろのろ運びました。狐はすっかり無事で家に着きました。すると狐は狼に叫びました。「ははは、さよなら、奥様、味わった焼き物が奥様の身になりますように。」心の底から笑いながら跳ねていってしまいました。




Comparez deux langues:













Donations are welcomed & appreciated.


Thank you for your support.