FRANÇAIS

Le fléau rapporté du Ciel

DANSK

Tærskeplejlen fra himlen


Un jour, un paysan s'en allait aux labours avec sa paire de bœufs. Lorsqu'il arriva dans son champ, les cornes de ses deux bêtes se mirent à pousser. Elles continuèrent de pousser, et quand le paysan voulut rentrer chez lui, les cornes étaient devenues si longues qu'il ne pouvait plus faire passer les bêtes sous le portail. Par chance, un boucher passait justement par là. Le paysan lui confia donc ses bœufs et ils conclurent ensemble le marché suivant: le paysan devrait apporter au boucher une mesure de graines de raves, et le boucher lui donnerait alors un taler de Brabant pour chaque graine. Voilà ce que j'appelle une vente avantageuse! Le paysan rentra donc chez lui et se rendit ensuite chez le boucher en portant sur son dos la mesure de graines de raves. Mais en chemin, il perdit une petite graine qui s'était échappée du sac. Le boucher le paya comme convenu, et si le paysan n'avait pas perdu une graine, il aurait eu un taler de Brabant de plus.

Cependant, quand il repassa par le même chemin au retour, la graine avait donné naissance à un arbre qui touchait le ciel. « Puisque l'occasion se présente, il faut que tu montes voir ce que les anges font là-haut et que tu les voies de près », se dit alors le paysan. Il grimpa donc jusqu'en haut et vit les anges occupés à battre de l'avoine. Tandis qu'il les observait, il s'aperçut que l'arbre sur lequel il se tenait commençait à vaciller. Il regarda en bas et vit qu'un homme s'apprêtait justement à l'abattre. « Si tu tombais d'ici, ce serait une mauvaise affaire », se dit-il et, ne sachant pas comment se tirer d'embarras, il se mit à ramasser de la balle d'avoine qu'il y avait là en quantité et à en tresser une corde. Puis il attrapa une hache et un fléau qui étaient posés là, dans le Ciel, et redescendit en se laissant glisser le long de la corde. Mais quand il arriva en bas, il se retrouva dans un trou profond, profond, et c'était vraiment une chance qu'il ait une hache avec lui, car il put ainsi se faire un escalier et remonter à la surface. Il rapporta le fléau avec lui en guise de preuve, si bien que plus personne ne put douter de la véracité de son récit.
Der var engang en bonde, som gik ud med et par okser for at pløje. Da han kom ud på marken, begyndte dyrenes horn at vokse, og voksede og voksede, så da han kom hjem, var de så store, at han ikke kunne komme ind gennem porten. Til alt held kom netop en slagter forbi, og til ham solgte han okserne på den betingelse, at slagteren også skulle have et mål roefrø, og for hvert korn skulle bonden have en daler. Det var en god forretning. Bonden gik hjem, bar frøene derhen på sin ryg, men på vejen tabte han et af dem. Slagteren betalte ham, hvad de var blevet enige om, så hvis bonden ikke havde tabt et frøkorn, havde han haft en daler mere endnu. Da han kom tilbage, var der af frøet vokset et stort træ, der nåede lige op til himlen. "Jeg må dog engang se, hvad englene tager sig for deroppe, jeg kan jo slippe nemt til det," tænke bonden. Han klatrede derop og så, at englene var i færd med at tærske havre. Da han havde set på det i nogen tid, mærkede han, at træet begyndte at vakle, og da han så ned, opdagede han, at der stod en og ville til at hugge det om. "Det ville være en rar redelighed, hvis jeg faldt ned herfra," tænkte han. Han kunne ikke klare sig på anden måde end ved at tage nogle af de avner, der lå i dynger deroppe, og lave en strikke af dem. Han tog også en hakke og plejl og lod sig så glide ned af tovet. Han kom netop ned i et dybt hul, så det var jo et held, at han havde hakken, så han kunne lave sig en trappe, som han kunne stige op af. Plejlen tog han med, og når han fortalte, hvad der var hændt ham, og viste den frem, kunne jo ingen tvivle på, at det var sandt.




Comparez deux langues:













Donations are welcomed & appreciated.


Thank you for your support.