NEDERLANDS

Het lammetje en het visje

FRANÇAIS

Le petit agneau et le petit poisson


Er waren eens een broertje en een zusje, en die hielden ontzettend veel van elkaar. Hun eigen moeder was gestorven, en ze hadden een stiefmoeder, die hen niet aardig vond en hun stiekem allerlei verdriet deed. Eens speelde het tweetal met andere kinderen voor 't huis; en bij de wei was een vijver, die reikte tot opzij van 't huis. De kinderen liepen daaromheen en speelden krijgertje en ze hadden een aftelrijmpje:
Il était une fois un petit frère et une petite sœur qui s'aimaient tendrement. Mais leur vraie mère était morte et ils avaient une marâtre qui ne les aimait pas et qui leur faisait en cachette tout le mal qu'elle pouvait. Un jour, il se trouva que les deux enfants jouaient avec d'autres dans une prairie devant la maison; au bord de cette prairie, il y avait un étang qui allait jusqu'à un des murs de la maison. Les enfants couraient dans la prairie, se chamaillaient et jouaient en chantant une comptine:


"Eenke, beenke, laat me leven
"Am-stram-gram, laisse-moi en vie,

'k zal je ook een vogeltje geven,
Mon petit oiseau je te donnerai aussi.

vogeltje moet een strootje zoeken,
Le petit oiseau ira me chercher de la paille,

strootje zal ik 't koetje geven,
La paille, je la donnerai à la vache,

koetje moet me melk geven,
La vache, elle me donnera du lait,

melk zal ik de bakker geven,
Le lait, je le porterai au boulanger,

bakker zal me koekjes bakken,
Le boulanger, il me fera un gâteau,

koekjes zal ik de kat geven,
Le gâteau, je le donnerai au petit chat,

de kat die moet de muizen vangen,
Le petit chat, il m'attrapera des souris,

de muizen zal ik in de rook hangen
Les souris, dans la cheminée je les accrocherai

en ik zal ze drogen."
Et en morceaux je les couperai."


Ze stonden dan in een kring, en op wie het woordje 'drogen' viel, die moest weglopen, en de anderen liepen hem dan na en vingen hem. Terwijl ze daar zo vrolijk rond joelden, keek de stiefmoeder uit 't raam en ze ergerde zich eraan. Ze kende de zwarte kunst, en toen betoverde ze hen allebei, het broertje in een vis en het zusje in een lam. Het visje zwom heen en weer in de vijver en was treurig, en het lammetje liep in de wei en was treurig en het at geen halmpje. Zo gebeurde het een hele tijd, en nu kwamen er gasten op het slot. De boze stiefmoeder dacht: "Nu is het een goede gelegenheid," en zij riep de kok en zei: "Haal het lammetje uit de wei en slacht het, we hebben anders niets voor de gasten." De kok haalde het lam en bracht het naar de keuken en bond zijn poten vast: dat liet het geduldig toe. Toen hij z'n slagersmes gehaald had en het op de drempel wette, zag hij, hoe een visje in het water voor de gootsteenafloop heen en weer zwom en naar hem keek. Maar dat was het broertje; want toen het visje gezien had, hoe de kok het lammetje wegbracht, was het in de vijver gezwommen tot bij het huis. Toen riep het lammetje:
Les enfants formaient un cercle et celui sur qui tombait le mot « couperai » devait partir en courant et les autres le poursuivaient et l'attrapaient. Tandis qu'ils gambadaient joyeusement ainsi, la marâtre les observait par la fenêtre et enrageait. Mais comme elle s'y connaissait en sorcellerie, elle jeta un sort aux deux enfants, changeant le petit frère en petit poisson et la petite sœur en petit agneau. Le petit poisson se mit donc à nager de-ci de-là dans l'étang; quant au petit agneau, il allait et venait dans la prairie. Il était triste et ne mangeait rien, et ne touchait pas au moindre brin d'herbe. Beaucoup de temps s'écoula ainsi, puis des hôtes étrangers vinrent au château. « C'est le moment », se dit la marâtre perfide. Elle appela le cuisinier et lui dit: « Va chercher l'agneau dans la prairie et tue-le. Sinon, nous n'aurons rien à offrir à nos hôtes. » Le cuisinier alla chercher l'agneau, il le conduisit dans la cuisine et lui attacha les pattes; l'agneau se laissa faire docilement. Mais quand le cuisinier eut tiré son couteau et qu'il se mit à l'aiguiser sur le seuil pour l'égorger, il vit dans l'eau de la rigole un petit poisson qui nageait de-ci de-là près de l'évier en le regardant. C'était son petit frère, qui, quand il avait vu le cuisinier emmener le petit agneau, l'avait suivi en nageant depuis l'étang jusque dans la maison. Le petit agneau se mit alors à crier, en regardant vers le bas:


"Ach broertje in het diepe meer,
"Ah, petit frère qui es dans l'étang profond,

wat doet mij nu het hartje zeer!
comme mon cœur se morfond!

De kok heeft 't mes geslepen,
Le cuisinier aiguise son couteau

en wil me 't hart doorsteken."
Pour me transpercer le cœur."


En het visje gaf ten antwoord:
Et le petit poisson lui répondit:


"Ach mijn zusje op het droge,
"Ah, petite sœur qui es en haut,

wat doet mij nu het hartje zeer,
comme mon cœur se morfond

al in dit diepe meer."
dans cet étang si profond!"


Toen de kok hoorde dat het lammetje spreken kon en zo treurige woorden naar 't visje riep, schrok hij en dacht dat het geen gewoon lammetje moest zijn, maar dat het wel eens betoverd kon zijn door de boze vrouw des huizes. Hij zei: "Wees maar stil, ik zal je niet slachten," en hij nam een ander dier en maakte dat klaar voor de gasten en bracht het lam naar een aardige boerin, en die vertelde hij alles wat hij gezien en gehoord had. Maar de boerin was juist de min van het zusje geweest, en vermoedde dadelijk, wie het was; en ze ging ermee naar een wijze vrouw. De wijze vrouw sprak de zegen uit over het lammetje en het visje en daardoor kregen ze hun mensengedaante weer terug; en toen bracht ze hen beiden naar een klein huisje in een groot bos, en daar leefden ze wel alleen en eenzaam, maar heel gelukkig en tevreden.
Le cuisinier prit peur en entendant que le petit agneau pouvait parler et qu'il disait des choses si tristes au petit poisson, et il se dit que ce ne devait pas être un agneau ordinaire, mais qu'il avait dû être ensorcelé par la méchante femme qu'il y avait dans la maison. Il lui dit alors: « Sois tranquille, je ne vais pas te tuer ». Il prit un autre animal qu'il prépara pour les invités et emmena le petit agneau chez une bonne paysanne à qui il raconta tout ce qu'il avait vu et entendu. Or cette paysanne était justement l'ancienne nourrice du petit frère et de la petite sœur. Elle se douta aussitôt de qui il s'agissait et emmena le petit agneau chez une femme sage. Celle- ci bénit aussitôt le petit agneau et le petit poisson, ce qui leur rendit leur forme humaine, puis elle les emmena dans une petite maisonnette située au cœur d'une grande forêt, où ils vécurent seuls mais contents et heureux.





Vergelijk twee talen:













Donations are welcomed & appreciated.


Thank you for your support.