FRANÇAIS

Butor et Huppe

NEDERLANDS

Roerdomp en hop


- Où préférez-vous faire paître votre troupeau? demanda un homme à un vieux vacher.
- Ici, Monsieur, là où l'herbe n'est ni trop grasse, ni trop maigre; autrement, cela n'est pas bon.
- Et pourquoi donc? demanda l'homme.
- Entendez-vous le cri sourd qui vient de la prairie, là-bas? répondit le vacher. C'est le Butor. Autrefois, il était vacher, et la Huppe gardait un troupeau, elle aussi. Je vais vous raconter leur histoire.
Butor faisait paître son troupeau dans des prairies vertes et bien grasses, où il poussait des fleurs en abondance, à la suite de quoi ses vaches devinrent nerveuses et agitées. Huppe, quant à elle, menait ses bêtes sur de hautes montagnes escarpées, là où le vent fait tourbillonner le sable, si bien que ses vaches devinrent maigres et qu'elles n'eurent plus de forces. Quand le soir venait et que les vachers rentraient chez eux, Butor ne parvenait pas à rassembler ses vaches: elles ne lui obéissaient pas et se sauvaient. Il les appelait: « Par ici, vaches pie! », mais en vain, elles ne l'écoutaient pas. Quant à Huppe, elle était incapable de faire se lever ses bêtes, tant elles étaient épuisées et faibles. « Debout, debout, debout! » criait-elle, mais cela ne servait à rien et les vaches restaient étendues sur le sable. Voilà ce qui arrive quand on commet des excès. Et aujourd'hui encore, alors qu'ils ne gardent plus de troupeaux, le butor crie: « Par ici, vaches pie! » et la huppe: « Debout, debout, debout! »
"Waar weidt u de kudde het liefst?" vroeg iemand aan een oude herder. "Hier, Heer, waar het gras niet te vet is en niet te mager, anders is het niets gedaan." - "Waarom niet?" vroeg de man weer. "Hoor je daar in de verte niet die doffe roep?" antwoordde de herder, "dat is de roerdomp. Die is vroeger ook een herder geweest. En de vogel hop, die was ook een herder. Dat zal ik eens vertellen:

De roerdomp hoedde z'n kudde op een heel vette, groene wei, en daar stond een overvloed van bloemen, en daar werden de koeien overmoedig van en wild. Maar de hop, die was ook 'n herder en die dreef z'n vee naar hoge, kale bergen, waar de wind blaast in het zand, en de koeien werden mager en kwamen maar niet op krachten. Als het avond werd en de herders naar huis gingen, kon de roerdomp de koeien niet bij elkaar krijgen, want ze waren vol overmoed en sprongen de verkeerde kant op. Hij riep: "bonte, keeromme!" maar vergeefs, ze luisterden niet naar zijn roep. Maar de hop kon z'n vee niet op de been brengen, zo zwak en moe waren ze. "Op! op! op!" schreeuwde hij, maar het gaf niets, ze bleven maar liggen in het zand. Zo gaat het als je geen maat houdt. En nu nog, nu ze geen kudden meer hoeden, schreeuwt de roerdomp: "Bonte, keeromme!" en de hop roept: "Op! op! op!"




Comparez deux langues:













Donations are welcomed & appreciated.


Thank you for your support.