NEDERLANDS

De korenaar

FRANÇAIS

L'épi de blé


In oude tijden, toen God zelf nog op aarde rond liep, was het land veel vruchtbaarder dan het nu is en toen droegen de aren niet vijftig- of zestigvoud, maar vierhonderd- of vijfhonderdvoud. De korrels groeiden aan de halm van onderen af tot bovenaan toe, zolang het koren was, zo lang was ook de aar. Maar zo zijn de mensen; in tijden van overvloed letten ze niet genoeg op de goede dingen, die van God komen; ze worden onverschillig en lichtzinnig. Eens op een dag ging er een vrouw langs een korenveld, en het kindje dat naast haar huppelde, viel in een plas en maakte de jurk vuil. Toen rukte de moeder een handvol van die mooie aren af en veegde daarmee het jurkje af. Toen de Here God, die juist langs kwam, dat zag, werd hij boos en sprak: "Voortaan zal de korenhalm geen aar meer dragen: de mensen zijn de hemelse gaven niet langer waard." De omstanders die dat hoorden, schrokken en vielen op hun knieën en smeekten, dat hij toch nog iets aan de halm zou laten: als ze het zelf al niet waard waren, dan terwille van de vogels die anders zouden verhongeren. De Here, die hun ellende voorzag, kreeg medelijden en stond het verzoek toe. En zo bleef bovenaan de aar nog over, zoals hij nu groeit.
Il y a bien longtemps, quand Dieu lui-même se promenait encore sur la terre, la fertilité du sol était bien plus grande qu'elle ne l'est aujourd'hui: à l'époque, les épis portaient non pas cinquante ou soixante grains, mais quatre ou cinq cents. Les grains poussaient alors du bas de la tige jusque tout en haut: l'épi était aussi long que la tige elle-même. Mais les hommes sont ainsi faits que, dans l'opulence, ils ne respectent plus la bénédiction divine, et qu'ils deviennent indifférents et agissent à la légère. Un jour, une femme passait près d'un champ de blé, et son petit enfant, qui courait près d'elle, tomba dans une flaque et salit son petit habit. La mère arracha alors une poignée des beaux épis et s'en servit pour lui nettoyer son vêtement. Lorsque le Seigneur, qui passait justement par-là, vit cela, Il se mit en colère et dit: « Désormais, la tige de blé ne portera plus d'épi: les hommes ne sont plus dignes de ce don divin. » Ceux qui se trouvaient alentour entendirent cela et prirent peur, ils tombèrent à genoux et supplièrent le Seigneur de bien vouloir laisser encore quelque chose sur la tige: s'ils ne le méritaient pas eux-mêmes, qu'il le laisse au moins pour l'amour des poules innocentes, qui devraient sinon mourir de faim. Le Seigneur, qui prévoyait leur misère, eut pitié d'eux et leur accorda leur souhait. Il resta donc encore un peu d'épi tout en haut de la tige, et c'est ainsi qu'il pousse aujourd'hui.





Vergelijk twee talen:













Donations are welcomed & appreciated.


Thank you for your support.